Dix textes faciles tirés de l'Evangile selon Marc

Notez: En quatrième passage les questions sont trié. Les questions plus faciles sont marqué avec une *, les questions un peu plus difficile sont marque avec deux ** et les plus difficile sont marqué avec ***.

1. JESUS GUERIT UN HOMME PARALYSE 2:1-2*
2. QUAND UN ENFANT MEURT 5:21-14 et 35-43**
3. LA FEMME SOUFFRANTE DE L’HEMORRAGIE 5:25-34*
4. JESUS OUVRE LES OREILLES D’UN SOURD 7:31-37**
5. UN PERE DESESPERE 9:14-29*
6. UN TRESOR SUR LA TERRE 10:17-27*
7. LE CRI D’UN MANDIANT AVEUGLE 10:46-52*
8. MARIE OINT JESUS 14:1-9**
9. JESUS EST CONDAMNE A MORT 15:1-15**
10. ON A VAINCU LA MORT ! 16:1-14**

Print all lessons

© 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com


1. JESUS GUERIT UN HOMME PARALYSE Marc 2,1-2



ARRIERE-PLAN : En Israël, les maisons étaient normalement construites en briques et en pierres calcaires avec un toit plat. Le toit fonctionnait comme une salle en plein air où la famille se réunissait après le coucher du soleil. L’accès sur le toit se faisait par un escalier extérieur.
  • La paralysie peut frapper une personne à l’âge moyen ou avancé comme un resultat d’un hémorragie cérébrale. Elle est souvent accompagnée de la perte de parole.
  • Le Fils de l’Homme veut dire Jésus lui-même.

    1.Est-ce que tu as eu l’occasion de suivre de près la vie quotidienne d’un paralytique? Si c’est le cas, raconte comment tu l’as trouvé ; quelles sont les difficultés et les peines qu’une telle personne rencontre chaque jour?
  • De quelle sorte de services et de soins l’homme de notre texte avait-il probablement besoin?

    2. Comment est-ce que la maladie du père a changé la vie de la famille ?
  • Qu’est-ce que cet homme paralysé attendait peut-être pour son avenir?
  • Comment se présentait la vie pour le membre de la famille dont l’occupation principale était de prendre soin de cet homme paralysé?

    3. Au verset 5, Jésus parle des péchés de l’homme paralysé. Quels péchés peut-on commettre contre ses prochains même si on est paralysé ?
  • Il est vraisemblable que l’homme était aussi incapable de parler. Comment est-ce qu’il éprouvait sa mutité, surtout comme il ne pouvait pas demander pardon de ses péchés?
  • Qu’est-ce que vous en pensez : est-ce qu’une maladie nous rend meilleurs ou pires moralement?

    4. Qui étaient les quatre porteurs? Donnez de différents alternatifs et motivez.
  • Capernaüm, la ville de Jésus, n’était pas grande ; supposons que les hommes devaient porter leur ami quelques kilomètres sur une natte. Porter un homme paralysé pourrait être particulièrement dur pour ces quatre hommes – pourquoi?
  • Pourquoi est-ce que les hommes porteurs ne retournèrent pas même s’ils voyaient qu’il n’y avait pas de place dans la maison (versets 3 à 4) ?

    5. Pourquoi est-ce que les autres gens ne sont pas sortis afin de permettre aux porteurs d’entrerqvec le malade?
  • Quels outils étaient nécéssaires pour démolir le toit? Comment est-ce que les hommes les procuraient?
  • Imaginez-vous ce que les gens disaient dans la maison en voyant qu’on était en train de démolir le toit.
  • Combien de temps a-t-il fallu pour faire ce trou dans le toit?

    6.Les porteurs avaient amené leur ami devant Jésus pour que celui-ci le guérisse. Pourquoi est-ce que Jésus l’a d’abord absous (5) ?
  • Pourquoi Jésus a-t-il absous l’homme avant de le guérir ?
  • Imagine que tu viens devant Jésus avec le plus grand problème de ta vie et Il te dirait : « Mon fils/Ma fille, tes péchés te sont pardonnés ». Est-ce que cela te rendrait joyeux ou triste ?

    7.Au debut du verset 5, Jésus parle seulement de la foi des porteurs. À quel moment
    est-ce que le malade lui-même a cru?
  • Pourquoi est-ce que les phariséens ne voulaient pas croire que Jésus peut pardonner leurs péchés?
  • Est-ce que c’est facile ou difficile pour toi de croire en Jésus?

    8.Trouvez une réponse à la question que Jésus pose au verset 9 : «  Lequel est plus
    difficile, de guérir un homme ou lui pardonner ses péchés? »

    BONNE NOUVELLE : (Le moniteur lit à haute voix : ) Jésus est mort sur la croix afin que cet homme puisse être pardonné. Pardonner les péchés était plus dur pour lui que guérir les maladies. Mais maintenant, Jésus nous dit à tout un chacun ce qu’il a dit à cet homme paralysé : « Mon fils/Ma fille, tes péchés te sont pardonnés. »





    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    2. QUAND UN ENFANT MEURT Marc 5, 21-14 et 35-43



    ARRIERE-PLAN : Celui qui était élu chef de la synagogue devait être une personne respectée dans la ville. Il était comme un chef du village. D’habitude, les chefs de synagogue n’acceptaient pas Jésus, mais au contraire, ils le haïssaient.
  • À l’époque, les gens voulaient généralement avoir beaucoup d’enfants, surtout des fils. Jaïrus n’avait qu’un enfant, une fille. (Luc 8, 42)
  • En Israël, l’enterrement a normalement lieu le même jour ou un jour après le décès.

    1. Comment est la vie d’un couple qui ne peut pas avoir des enfants bien qu’ils veulent en avoir ?
  • Réfléchissez comment Jaïrus et sa femme ont vécu la situation où ils n’avaient qu’un enfant, seulement une fille? Pensez-vous qu’ils étaient contents? Est-ce qu’ils ont pensé que c’était dommage que l’enfant ne soit pas un garçon?
  • Comment étaient les 12 ans dans la famille de Jaïrus quand cette chère fille était avec eux?

    2. Quand un enfant tombe malade, est-ce que les parents agissent de concert ou est-ce qu’ils accusent plûtot l’un l’autre ?
  • Imaginez-vous comment les parents ont cherché à guérir l’enfant?
  • Que pensez-vous, qu’est-ce que Jaïrus a dit en priant Dieu pour son enfant?

    3.Pourquoi Jaïrus a cherché Jésus pour guérir son enfant bien que jusqu’alors, il a considéré Jésus comme son ennemi?
  • Pourquoi est-ce que Jaïrus s’est jeté aux pieds de Jésus au lieu de parler à Jésus en se tenant debout? (versets 22 à 23)

    Sautons les versets 25 à 34

    4.Quelles sortes de pensées se tournaient dans le cœur du père quand il a appris que l’enfant était déjà mort? (verset 35)
  • As-tu jamais pensé que ce n’est plus la peine de déranger Jésus? Si c’est le cas, quand?

    5.De quoi avait Jaïrus peur encore, même si l’enfant était déjà mort? (36)
  • Pourquoi Jésus a-t-il dit à Jaïrus de ne pas avoir peur, bien qu’il ait été frappé par un événement dont il avait le plus peur?
  • De quoi as-tu le plus peur dans ta vie? (Tu peux répondre à haute voix ou dans ton cœur.)
  • Est-ce que tu crois que Jésus peut t’aider même s’il t’arrive ce dont tu a le plus peur?

    6.En quoi Jaïrus aurait-il dû croire même après la mort de sa fille?
  • Qu’est-ce que Jaïrus aurait fait s’il n’avait pas du tout cru en Jésus?
  • Jésus te dit aujourd’hui la même chose qu’à Jaïrus : « N’aie pas peur, crois seulement! » Comment lui répondras-tu?

    7.Comment est-ce que la femme de Jaïrus avait vécu la mort de son enfant, surtout qu’en ce moment-là son mari n’était pas présent ?
  • Dans leur foyer, on avait déjà commencé les préparatifs de l’enterrement. Pourquoi Jésus a-t-il dit que l’enfant dormait bien qu’elle fût déjà mort? (39)

    8.Pourquoi Jésus a-t-il chassé les étrangers loin du corps de l’enfant? (40)
  • Que démontre le fait que la fille marchait juste après être ressuscitée des morts? (42)
  • Pourquoi Jésus a-t-il dit qu’on donne à manger à l’enfant ? (43)

    9.Pourquoi Jésus a strictement interdit de parler de ce miracle aux autres, bien que cela ait été une bonne publicité pour lui ?

    10. Comment est-ce que la ressurrection des morts a affecté la fille et son avenir?
  • Comment est-ce que la vie des parents a changé après cet événement ?
  • Qu’est-ce que la famille de Jaïrus a pensé plus tard quand ils ont entendu les rumeurs de la mort et de la résurrection de Jésus ?

    BONNE NOUVELLE : « N’aie pas peur, crois seulement ! » dit Jésus à toi, et il veut dire: « Remets tes enfants et tes petits-enfants entre mes mains, je prends soin d’eux. »





    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    3. LA FEMME SOUFFRANTE DE L’HEMORRAGIE Marc 5, 25-34



    ARRIÈRE-PLAN : Selon la loi de Moïse, une femme est impure durant son hémorragie. Personne ne devait la toucher ni toucher un objet que la femme a touché auparavant. La femme en cet état n’avait pas le droit d’entrer au Temple. (Lev. 15)
  • Les connaissances médicales des docteurs de l’époque n’étaient pas au même niveau que celles des médecins de nos jours.

    1. Si la femme de notre texte avait à peu près 30 à 40 ans quand elle rencontra Jésus, à quelle âge est-ce que ses problèmes de santé ont commencé?
  • Comment est-ce qu’une jeune fille doit sentir lorsqu’elle attrape une telle maladie ?
  • Comment peut-on travailler si on souffre d’une perte de sang incessante?
  • Comment est-ce qu’une telle maladie affecte la confiance en soi d’une femme ?
  • Est-ce que le mari de cette femme est resté avec elle, ou est-ce qu’il a cherché une nouvelle femme?

    2.Nous pouvons présumer que cette femme a longtemps prié que Dieu la guérisse. Est-ce que vous croyez qu’elle a cessé de prier après un certain temps ou est-ce qu’elle a continué à prier pendant 12 ans?
  • Qu’est-ce que cette femme a dû penser de l’amour de Dieu quand sa maladie se prolongeait?
  • Comment est-ce que sa foi a peut-être changé pendant les longues années de maladie?

    3.Le verset 26 nous dit que la femme avait possédé certains moyens. Réfléchissez aux différents alternatifs comment elle avait gagné ses possessions et pour quel but ces moyens étaient désignés en premier lieu.

    4.Pourquoi les médecins ne pouvaient pas guérir la maladie de cette femme? (v. 26)
  • Pourquoi cette femme n’a pas voulu en finir les visites chez les médecins avant que ses moyens soient finis ?

    5.Comment est-ce possible que cette femme, après avoir été multiples fois déçue par les médecins, était quand même convaincue que, simplement en touchant le vêtement de Jésus, elle pourrait être guérie ?
  • Quelle était la différence entre Jésus et les autres guérisseurs?
  • Est-ce que tu es sûr, comme la femme dont le texte parle, que Jésus peut résoudre tes problèmes les plus graves ?

    6.Pourquoi la femme n’a pas exprimé à haute voix sa supplication, comme les autres malades?
  • Pourquoi la femme a décidé de toucher Jésus même si elle savait que Jésus devenait impur par sa touche?

    7.Comment Jésus a-t-il pu savoir que quelqu’un avait touché légèrement son vêtement?
  • Pourquoi Jésus n’a pas permis à la femme de retourner chez elle sans parler avec elle?

    8.Qu’est-ce que la femme a peut-être pensé quand elle a entendu la question posée par Jésus ? (30)
  • Qu’est-ce que la femme a vu dans les yeux de Jésus quand il s’est tourné pour la regarder ? (32)

    9.La femme n’avait pas l’intention de dire un seul mot à Jésus, pourtant elle a fini par lui raconter toute sa vie (33). Qu’est-ce qui s’est passé pour que cette femme ouvre son cœur à Jésus devant toute cette foule?
  • Est-ce que tu as jamais raconté ta vie à Jésus? Si oui, dans quelle situation?

    10.Le verset 34 peut être traduit de deux manières : «  Ta foi t’a sauvé » ou : « Ta foi t’a guéri ». Où est-ce qu’on peut voir la foi de cette femme?
  • Compare ta foi à la foi de cette femme. Quelles sont les similitudes, quelles sont les différences?
  • Pourquoi est-ce que Jésus a appelé cette femme « ma fille » même si les deux avaient à peu près le même âge ?

    BONNE NOUVELLE : Jésus lui-même a été rendu impur lorsqu’il a versé son sang quand on l’a battu et qu’on l’a cloué sur la croix. Cela fût le prix que notre Sauveur a dû payer pour sauver cette femme – et pour te sauver!





    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    4. JESUS OUVRE LES OREILLES D’UN SOURD Marc 7, 31-37



    ARRIÉRE-PLAN : Il est évident que l’homme de notre texte a été sourd depuis son tendre enfance, car il n’a jamais appris a parler. L’homme n’a pu communiquer avec personne, car à l’époque, un langage uniforme des sourds-muets n’existait pas encore.
  • Ésaïe avait prédit 700 ans auparavant qu’à l’arrivée du Messie-Roi, il ferait entendre les sourds et parler les muets. (És. 35, 5 et verset 37, comparez au verset 37 en Marc.)

    1. Réfléchis, comment est la vie quotidienne d’une personne sans ouïe? Quels aspects y sont différents comparés à la vie d’une personne qui a une ouïe normale?

    2. Imagine comment avait été l’enfance de cet homme sourd. Comment est-ce que les parents ont essayé de protéger cet enfant contre les dangers? Comment est-ce qu’ils ont essayé de lui apprendre à travailler? Comment est-ce que les autres enfants se sont comportés envers lui ?

    3. Quels sont les métiers que les sourds pouvaient excercer à l´epoque ?
  • Si quelqu’un avait emmené l’homme au culte du temple, qu’est-ce qu’il en avait compris ?

    4. Si tu emmènes un sourd quelque part, comment pourrais-tu lui expliquer où on va et pourquoi?
  • Pensez-vous que les personnes qui ont emmené le sourd chez Jésus lui ont expliqué qu’ils allaient chez Jésus pour être guéri ? S’ils ont pu le faire, de quelle manière?
  • Pourquoi est-ce que le sourd était particulièrement gêné parmi une grande foule?

    5. Comparez les versets 32b et 34. Pourquoi Jésus n’a-t-il pas guéri le sourd de la manière dont les accompagnateurs avaient demandé?
  • Jésus a conduit l’homme à un endroit plus calme. Qu’est-ce qu’on peut conclure du fait que l’homme sourd a suivi Jésus, un étranger pour lui, sans protester? (33)

    6. Quels sont les quatre choses que Jésus a faits au moment de la guérison ? (versets 33 et 34)
  • Qu’est-ce que Jésus a voulu dire à cet homme qui ne comprenait pas la langue humaine par regardant au ciel avant de le guérir ? (34)
  • Qu’est-ce que Jésus a voulu dire par son soupir? (34)

    7. Qu’est-ce qui a ouvert les oreilles du sourd ? (34)
  • Pourquoi Jésus a-t-il guéri un homme qui ne l’a même pas prié et qui ne croyait même pas en lui ?

    8. En général, un enfant met trois ans à apprendre le vocabulaire élementaire de sa langue maternelle. Comment est-ce que c’est possible que cet homme a tout appris dans un instant?

    9. Pourquoi Jésus aurait voulu tenir ce miracle en secret ?
  • Pourquoi les gens ont relaté l’événement aux autres bien que Jésus les eût prié de se taire ? (36)
  • Est-ce que vous pensez qu’il faudrait parler, ou vaut-il mieux se taire des miracles qui se produisent aujourd’hui dans le christianisme?

    10. Qu’est-ce que les gens ont pensé de Jésus après ce miracle?(37)
  • Pourquoi les gens n’ont toujours pas compris que Jésus est Dieu?

    BONNE NOUVELLE : Quelques uns disent que Jésus guérit seulement ceux qui ont une grande foi et qui ne doutent point. Ce texte nous montre qu’ils se trompent. Jésus a aidé le sourd à cause de son amour. Celui-ci n’a même pas prié Jésus afin qu’il le guérisse. De la même manière, il peut nous aider et il peut aider ceux pour qui nous prions.





    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    5. UN PERE DESESPERE Marc 9, 14-29



    ARRIÉRE-PLAN : Dans la Bible, on appelle possédé une personne dans laquelle habite un mauvais esprit. Une personne possédée traverse des crises comme celle décrite dans le verset 18. Être possédé est différent d’une maladie mentale ou d’une épilepsie. Un malade mental ou un épileptique ne sont pas possédés. On reconnaît un possédé par le fait qu’il ne peut pas dire : « Jésus est le Seigneur! » Une personne baptisée qui croit en Jésus ne peut pas être possédée, car elle est habitée par le Saint Esprit.
  • Le garçon possédé etait l’enfant unique de ses parents. (Luc 9, 38)

    1.Est-ce que tu connais quelqu’un qui est possédé? Si oui, raconte comment est sa vie.
  • De quelles manières le diable a tourmenté cet enfant? (versets 17 à 18 et 22)
  • Comment est-ce qu’on peut élever et soigner un enfant qui peut, à n’importe quel moment, tomber dans le feu ou dans l’eau?
  • Comment est la vie de la famille qui a un tel enfant ?

    2.Comment est l’attitude des voisins envers une famille qui a un tel enfant?
  • Comment était la vie de ce garçon comparé aux autres enfants de son âge?

    3.Qu’est-ce que le père a senti quand lui et son enfant ont attiré l’attention de la foule? (14)
  • Réfléchissez pourquoi les disciples ne pouvaient pas guérir cet enfant? (versets 17 à 18 et 28 à 29)

    4.Pourquoi Jésus a trouvé difficile de tolérer l’incrédulité des gens? (19)
  • Qui était incredule dans ce texte (nombreuses personnes)?

    5.Qu’est-ce que le père a pensé quand le fils a eu une crise au milieu de la foule? (20)
  • Pourquoi le père a demandé d’aide pour lui-même, pas seulement pour son fils : « Aie pitié de nous et aide-nous! » (22) ?

    6.Lis les mots de Jésus dans le verset 23. Est-ce que tu connais quelqu’un qui a une foi pareille?
  • Comment est-ce que tu sentirais, si Jésus te demandait une foi parfaite quand tu es déjà sérieusement troublé?

    7.Qu’est-ce que le père croyait à propos de Jésus, et qu’est-ce qu’il doutait en criant ses mots au verset 24?
  • Qu’est-ce que tu crois et qu’est-ce que tu doutes quand tu cries à Jésus pour tes proches et pour leurs problèmes?
  • Quand est-ce que ce père a cru finalement – discutez de différents alternatifs.
  • Quand est-ce que le fils a cru?

    8.Pourquoi Jésus a-t-il aidé cette famille, bien que ni le père ni le fils n’eût une foi parfaite?
  • Ce miracle s’est produit grâce à la foi de qui ?
  • Quelle est donc la quantité suffisante de foi pour permettre à Jésus d’aider tes proches dans leurs difficultés ?

    9.Il est probable que le père croyait son fils mort quand il est tombé par terre sans bouger (26) . Pourquoi Jésus a permis qu’il traverse encore ce moment de frayeur avant de soulever l’enfant?
  • Qu’est-ce que le père n’aurait pas appris, si l’aide était arrivé au moment où il l’avait demandé?
  • Qu’est-ce que tu n’aurais pas appris, si Jésus t’avait aidé à l’instant même que tu as demandé de l’aide?

    10. « Jésus, l’ayant pris par la main, le fit lever. » (27) Mets au lieu de « lui » le nom de la personne que tu tiens en ce moment le plus à cœur. Qu’est-ce que cette phrase signifie pour toi maintenant ?

    BONNE NOUVELLE : Quand Jésus fût torturé par des mauvais gens et le diable, il s’est confié à son Père célèste et il croyait en sa force et en son amour sans douter. À cause de sa parfaite foi, malgré nos doutes, nous pouvons garder la confiance que Dieu nous aidera, aussi bien que nos proches.





    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    6. UN TRESOR SUR LA TERRE Marc 10, 17 à 27



    ARRIERE-PLAN : Matthieu appelle l’homme de notre texte « le jeune homme » (19, 22) et Luc dit qu’il avait une haute position sociale (18, 18). Ce jeune homme politique avait donc eu beaucoup de succès dans sa vie.

    1. Pourquoi est-ce que cet homme politique couronné de succès a couru vers Jésus et s’est agenouillé devant lui même si son comportement a étonné les gens (verset 17) ?
  • Répondez à la question que Jésus a posée à l’homme (17).

    2. Pourquoi est-ce que l’homme n’était pas sûr de son salut bien qu’il observât les commandements de Dieu depuis sa jeunesse ?
  • Sais-tu ce qui t’arrivera après ta mort ?

    3. Les hommes politiques ont souvent beaucoup de tentations causées par l’argent et les femmes. Quelle pourrait être la raison pour laquelle ce jeune homme avait toujours été honnête et pur à cet égard (19 à 20) ?
  • N’oubliez pas que, selon Jésus, il faut observer les commandements, pas seulement en actes, mais aussi en pensées et en paroles. Croyez-vous que l’homme avait fait ainsi (19 à 20) ?
  • Pourrais-tu donner à Jésus la même réponse que le jeune homme politique au verset 20 ?

    4. Selon le verset 21, Jésus a regardé et aimé le jeune homme politique. Pourquoi ne l’a-t-il pas accepté en tant que disciple sans conditions ?
  • Il manquait une chose à cet homme. Laquelle (21) ?

    5. Quelles sortes de choses est-ce que les gens considèrent souvent comme leurs « trésors » (21) ?
  • L’homme de notre texte avait deux trésors sur la terre. Quels étaient ces trésors ?

    6. Pourquoi l’homme n’avait pas encore un trésor dans le ciel (21) ?
  • Compare le trésor dans le ciel au trésor sur la terre. Quelles sont les différences ?
  • Comment peut-on accumuler des trésors dans le ciel ?

    7. Il est probable que l’homme a dû s’occuper de sa femme, de ses enfants et de ses parents âgés. Que leur serait-il arrivé s’il avait obéi à l’ordre que Jésus donne au verset 21 ?
  • Serais-tu capable de croire que Dieu prendra soin de toi et de ta famille même si tu donnais ta maison et tout ton argent aux pauvres ?
  • Serais-tu capable de renoncer à ta maison et à tes revenus si Jésus le demandait ?

    8. Qu’est-ce que l’homme aurait dû faire lorsqu’il s’est rendu compte qu’il ne peut pas renoncer à ses biens ?
  • Quelle aurait peut-être été la réponse de Jésus si l’homme avait dit : « Je ne peux pas ! Pardonne-moi ! »

    9. Croyez-vous que la vie de cet homme était facile après qu’il eût quitté Jésus (22) ?
  • Comment est-ce qu’il se sentait plus tard, quand la vieillesse et la mort s’approchaient et qu’il ne savait pas où il allait après la mort ?

    10. Pourquoi est-ce que même les disciples se sont mis à douter de leur salut (23 à 26) ?
  • Lisez le verset 27 et réflechissez : pourquoi est-ce qu’il est possible à Dieu de sauver même une personne qui n’a pas observé les commandements ni renoncé à toutes choses pour lui ?

    BONNE NOUVELLE : Jésus a renoncé à son trésor céleste en venant sur la terre. Sur la terre, il a observé tous les commandements et il a toujours pansé aux pauvres, jamais à lui-même. Pourtant, il a été puni sur la croix comme quelqu’un qui a transgressé les commandements et vécu d’une façon égoïste. Si tu demandes pardon à lui, Dieu ne te punit plus après ta mort, mais il te sauve. Même le jeune homme riche aurait été pardonné s’il l’avait demandé.








    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    7. LE CRI D’UN MANDIANT AVEUGLE Marc 10, 46 – 52



    ARRIERE-PLAN : A ce qu’on sait, Jésus sést rendu à Jéricho une seule fois. Cela eut lieu lorsqu’il était en route pour Jérusalem pour la dernière fois, après avoir excercé son ministère en Israël pendant trois ans.
  • Dans notre texte, le mandiant appelle Jésus le fils de David. Il est vrai que Jésus était descendant de David, roi d’Israël, en ligne direct. Mille ans auparavant, Dieu avait promis à David que son fils s’assiéra à jamais sur le trône d’Israël (2. Sam. 7, 12 à 16). Cependant, à l’époque de Jésus, Israël était un pays occupé par les Romains qui ne voulaient pas entendre parler des rois anciens ou actuels d’Israël. Jusqu’alors, personne en Israël n’avait osé appeler Jésus fils de David. Il est possible que tous ne connaissaient même pas ses origines.

    1. Qu’est-ce qui serait la chose la plus dure à supporter si tu étais obligé de gagner ta vie en mandiant ?
  • Imaginez comment était un jour ordinaire de Bartimée. Qui l’emmenait au bord de la route ? Comment est-ce qu’il se procurait la nourriture et les vêtements ? Comment est-ce que les passants le traitaient ?

    2. Qu’est-ce qu’une personne peut apprendre en restant assis au bord d’une grande route année après année, écoutant ce que disent les passants (46) ?
  • Selon vous, quelle était l’opinion que Bartimée avait de Jésus pendant les trois ans que celui-ci parcourait tout le pays d’Israël guérissant les malades sans venir une seule fois à Jéricho ?

    3. Pourquoi est-ce que personne n’avait emmené Bartimée à Jérusalem (à 30 km de Jéricho) où Jésus se rendait aux temps des fêtes deux fois par an ?
  • Croyez-vous que Bartimée avait prémédité un plan d’action afin de saisir Jésus si jamais celui-ci se rendait à Jéricho ?

    4. Finalement donc, Jésus était venu à Jéricho, mais maintenant il était déjà au point de quitter la ville (46). Comment est-ce que Bartimée avait pu conclure que Jésus était descendant du grand roi (47) ?
  • Pourquoi est-ce que le mandiant aveugle n’avait même pas peur des soldats romains en se mettant à crier à pleins poumons le nom du fils de David  (47) ?
  • Quelle est la distance à laquelle on peut entendere la voix d’un homme adulte qui crie à pleins poumons ?

    5. Quel était l’effet des reproches faits par ceux qui voulaient le faire taire (47 à 48) ?
  • Pourquoi est-ce que les gens ont voulu le faire taire ? Pensez à plusieurs possibilités.
  • Pourquoi est-ce que personne n’a saisi Bartimée par la main pour l’emmener chez Jésus (48) ?

    6. Qu’est-ce que Bartimée a pensé quand on lui a dit que Jésus l’appelle (49 à 50) ?
  • Jusqu’alors, Bartimée avait probablement pris soin de son manteau qui lui servait de matelas et de couverture la nuit. Pourquoi l’a-t-il jeté d’un coup (50) ?
    7. Pourquoi est-ce que Jésus a posé une question évidente à Bartimée (51) ?
    Jésus te demande aujourd’hui : « Que veux-tu que je fasse pour toi ? » Si tu pouvais exprimer un désir, qu’est-ce que tu voudrais le plus que Jésus fasse pour toi ? (On peut répondre à cette question silencieusement ou à haute voix.)

    8. De quelle manière Jésus a-t-il guéri les yeux de Bartimée (52) ?
  • L’on peut traduire le verset 52 de deux façons différentes : « Va, ta foi t’a guéri / t’a sauvé ». Pourquoi est-ce que Jésus a choisi ces mots afin de les adresser à Bartimée devant la foule ?
  • Qu’y a-t-il dans le comportement de Bartimée qui témoigne de sa foi ?

    9. Pourquoi est-ce que Bartimée a suivi Jésus dans le chemin pour Jérusalem (52b) ?
  • Comment est-ce que la vie de Bartimée a changé après cet événement ?

    BONNE NOUVELLE : Le moniteur lit les versets dans Marc 11, 7 à 10. Le lendemain, tout le monde a acclamé Jésus fils de David lorsque celui-ci allait à Jérusalem sur un âne. Il est possible que cela n’aurait pas eu lieu sans le cri fort de Bartimée à Jéricho. Et ce n’est qu’une semaine après que Bartimée a dû voir, de ses yeux qui venaient de recouvrir la vue, son bienfaiteur cloué sur la croix. Quand les rumeurs de la résurrection de Jésus ont commencé à courir dans les rues de la ville, Bartimée a peut-être compris que Jésus était, pas seulement le fils de David, mais aussi le Fils de Dieu.





    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    8. MARIE OINT JESUS Marc 14, 1-9



    ARRIERE-PLAN : La femme de notre texte est Marie de Béthanie ; on parle d’elle même dans d’autres contextes. Le moniteur fait un bref résumé de ce qui est écrit aux passages suivants : Luc 10, 38 à 42 ; Jean 11. Il paraît que les parents de Marthe, Marie et Lazare étaient déjà morts. Peut-être qu’ils avaient laissé à leurs filles célibataires de l’argent, pour leurs trousseaux ou pour la vieillesse. C’est pourquoi Marie avait de l’argent qu’elle pouvait dépenser comme elle voulait.
  • C’était le début de la dernière semaine de la vie terrestre de Jésus.

    1. Réfléchissez pourquoi les sacrificateurs ont voulu tuer Jésus (1 à 2).
  • Pourquoi, de nos jours aussi, plusieurs gens haïssent Jésus ?

    2. Marie préssentait la mort proche de Jésus, même si les autres n’y croyaient pas encore. Comment est-ce qu’elle s’est préparée à la mort de Jésus (3) ?
  • Quel cadeau voudrais-tu donner à un être cher si tu savais qu’il allait bientôt mourir ?

    3. Le nard coutait le salaire d’un an d’un homme ; d’habitude, on le versait par gouttes seulement. Quel est le salaire annuel moyen dans notre pays ?
  • Pendant combien de temps faut-il faire des économies pour avoir une telle somme ?
  • As-tu le cœur d’offrir un si cher cadeau à Jésus ?
    4. Qu’est-ce que Marie pensait de son trousseau ou de sa vieillesse en allant acheter le flacon de nard ?
  • Pourquoi Marie a-t-elle versé tout le contenu du flacon sur la tête de Jésus – une moindre quantité n’aurait-elle pas suffit ?

    5. A l’intronisation, les rois d’Israël étaient oints de l’huile. (Ils n’étaient donc pas couronnés.) Les mots « Messie » et « Christ » signifient « oint ». Pourquoi était-il important que même Jésus soit oint avant sa mort ?

    6. Comment Marie s’est sentie lorsqu’on l’accusait de gaspillage (4 à 5) ?
  • Qu’est-ce que les pauvres de la ville auraient pu s’acquérir avec le salaire d’une année ?
  • Penses-tu que l’acte posé par Marie était un gaspillage ?

    7. Qu’est-ce que Marie a peut-être pensé des paroles de Jésus aux versets 6 à 9 ?
  • Réfléchis, est-ce que Jésus peut dire de toi la même chose qu’il a dit de Marie : « Elle a fait ce qu’elle a pu » (8) ?
  • Que pourras-tu faire désormais pour Jésus ?

    8. Quel « gaspillage » était pire à ton avis : ce que Marie a versé le nard pour Jésus ou ce que Jésus a versé son sang pour Marie ?

    9. Qu’y avait-il de si spécial dans l’acte posé par Marie qu’on en gardera la mémoire à jamais (9) ?
  • Quelle est la mémoire que tu voudrais laisser de toi-même (9) ?

    10. Après des années, qu’est-ce que Marie a peut-être pensé de l’argent qu’elle avait « gaspillé » sur Jésus ce jour-là – se faisait-elle des reproches ?
  • Comment est-ce que Marie avait appris a tant aimer Jésus ?
  • Comment pouvons-nous apprendre à aimer Jésus comme Marie ?

    BONNE NOUVELLE : Marie avait appris à connaître l’amour de Jésus en l’écoutant (cf. Luc 10, 38 à 42). C’est pourquoi elle a su servir Jésus au bon moment. Nous aussi, nous pouvons entendre la voix de Jésus en lisant ses paroles dans notre Bible.






    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    9. JESUS EST CONDAMNE A MORT Marc 15, 1 - 15




    1. PONCE PILATE
    était le gouverneur de la Judée en 26 à 36 ap.J.-C. Il était donc le représentant le plus haut de l’occupant romain en Israël. Pilate ne voulait en aucun cas que le César apprenne des rumeurs des tentatives révolutionnaires des Juifs. C´était le gouverneur seul qui pouvait prononcer une sentence de mort. Nous réfléchissons d’abord à sa vie.

  • Si tu avais été à la place de Pilate ce matin-là, comment aurais-tu agi ?
  • Pourquoi est-ce que Pilate a appelé Jésus le roi des Juifs deux fois, aux versets 9 et 12 – croyait-il lui-même que Jésus était roi ?
  • Qu’est-ce que vous penseriez d’un juge qui, au cours d’un procès, pose les questions aux versets 12 et 14 ?
  • Pourquoi est-ce que Pilate, au lieu d’exercer le pouvoir qui lui avait été donné, a laissé les autres prendre la décision à sa place ?
  • Comment est-ce que Pilate s’est peut-être senti en livrant Jésus afin que celui-ci fût battu des verges et crucifié (15) ?
  • Comment est-ce que Pilate a essayé de justifier son comportement devant les accusations de sa conscience ?

    2. BARABBAS
    était le leader d’une révolte politique et meurtrier. Son nom signifie simplement « le fils du père ». Maintenant, nous nous arrêtons sur sa vie.

  • Réfléchissez ensemble : comment avait été l’enfance, la jeunesse et l’âge adulte de ce voyou. Qu’est-ce qui avait fait que cet homme devienne révolutionnaire et meurtrier ?
  • Penses-tu que, dans certaines conditions, tu aurais pu devenir meurtrier ? Justifie ta réponse.
  • Quelles pensées hantaient peut-être l’esprit de Barabbas lorsqu’il attendait l’exécution de la peine de mort dans sa cellule ? (Est-ce qu’il se repentait de quelque chose ?)
  • Qu’est-ce que Barabbas a peut-être pensé en entendant les mots : « Tu es libre ! Quelqu’un d’autre a été condamné à mort à ta place. »
  • Croyez-vous que Barabbas se soit rendu au pied de la croix de celui qui était, pour ainsi dire, crucifié à sa place, pour le voir mourir ?

    3. LA FOULE
    avait, dimanche dernier, salué Jésus comme un roi. Maintenant, elle criait : Crucifie-le ! Il est évident que, parmi cette foule, il y avait même plusieurs que Jésus avait aidés personnellement.

  • Pourquoi est-ce que la foule a choisi Barabbas au lieu de Jésus ?
  • Pourquoi pas une seule personne ne s’est levée pour défendre Jésus et pour empêcher le meurtre judiciaire ?
  • Qu’est-ce que tu aurais fait si tu t’étais trouvé parmi la foule ce matin-là ?
  • Est-ce possible que, de nos jours, dans notre pays, le peuple et la presse se tournent contre une personne innocente ?

    4. JESUS
    prononce une courte réplique pendant tout son procès (2). Pour le reste du temps, il se tait.

  • Jusqu’ici, Jésus a refusé de se donner d’autres titres que le Fils de l’homme. Pourquoi est-ce à cette occasion qu’il admet qu’il est le roi des Juifs (2) ?
  • Pourquoi est-ce que Jésus ne se défend pas ?
  • Pourquoi est-ce que Jésus ne hait personne et ne veut se venger de l’injustice qu’on lui fait ?
  • Qui a tranché le cas de Jésus : Pilate, Dieu ou le Satan ?

    BONNE NOUVELLE : La mort de Jésus signifie que Dieu peut t’adresser les mêmes mots qu’on a dits à Barabbas : « Tu n’es plus condamné à l’enfer. Quelqu’un d’autre a purgé ta peine. »



    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com

    10. ON A VAINCU LA MORT ! Marc 16, 1 – 14



    ARRIERE-PLAN : Bien que Jésus ait prophétisé sa mort et sa résurrection, les disciples ne se rappelaient plus de ses paroles.
  • L’embaumement faisait partie des coutumes funèbres des Juifs. N’oubliez pas que le corps de Jésus avait déjà été embaumé vendredi. Les femmes avaient assisté à l’enterrement de Jésus.
  • Matthieu nous fait savoir que le sépulcre était gardé par des soldats romains.
  • Pierre avait renié son Seigneur deux jours avant.

    1. Que pensent les proches de quelqu’un qui est mort d’une façon violente ?
  • Pourquoi est-ce que les femmes de Galilée auraient voulu embaumer le corps de Jésus encore une fois (1) ?
  • Pourquoi est-ce que les femmes se sont rendues au sépulcre, malgré le fait qu’elles croyaient que la pierre et les soldats romains y barraient l’accès (2 à 3) ?

    2. Pourquoi est-ce que les disciples ne se sont pas rendus à l’enterrement de Jésus vendredi ni au sépulcre dimanche matin ?
  • Est-ce qu’il y a une différence entre les hommes et les femmes quant à l’attitude
    envers la souffrance, la mort et l’enterrement d’un être cher ? Si oui, quelle est cette différence ?

    3. Pourquoi est-ce que même les femmes ne se rappelaient pas des paroles de Jésus qui avait prédit qu’il allait ressusciter le troisième jour ?
  • Pourquoi est-ce que les gens, de nos jours, ont des difficultés à croire qu’un mort peut ressusciter ?

    4. Qu’est-ce que les femmes ont pensé en voyant que le sépulcre était ouvert (5) ?
  • Pourquoi est-ce que les femmes ont eu peur en voyant un ange (6) ?

    5. De quelle façon l’ange a-t-il essayé de convaincre les femmes de la résurrection de Jésus (6) ?
  • Quelle est la mission que l’ange a donnée aux femmes (7) ?
  • Pourquoi est-ce que Jésus a voulu envoyer une salutation spéciale à Pierre (7) ?

    6. Pourquoi est-ce que les femmes se sont enfuies (8) ?
  • De quelle manière est-ce que les disciples ont appris les salutations de Jésus (9à 10) ?
  • Pourquoi, même à cette étape, les disciples n’ont pas cru que Jésus était vivant (11) ?

    7. Quand et de quelle manière la foi en la résurrection est née dans le cœur des femmes de Galilée et celui des disciples (9à 14) ?
  • Comment est-ce que les disciples se sentaient devant les reproches que Jésus leur a faits (14) ?

    8. Quels détails dans ce texte montrent que la résurrection de Jésus n’est pas une histoire fabriquée après coup, mais un fait réel ?
  • Quel est l’espoir que la résurrection de Jésus apporte à ta vie ?
  • Quelle est l’importance de la résurrection à une personne qui est âgée ou qui souffre d’une maladie inguérissable ?

    9. Quelle est la différence entre la résurrection de la chair (que le christianisme seul enseigne) et l’immortalité de l’âme (en quoi croient plusieurs religions) ?
  • Comment serait notre monde si Jésus n’était pas ressuscité des morts et que nous ne pourrions pas attendre la résurrection des morts non plus ?

    BONNE NOUVELLE : On a vaincu la mort ! Comme Jésus est ressuscité des morts corporellement, nous aussi ressusciterons le dernier jour.


    © 2006 L’étude Biblique Bonne Nouvelle - www.gladtidings-bs.com